»  17.06.15| Coopération bilatérale entre Ilampy et l’ONG Namana club JAPON  »  01.06.15| Football – COSAFA Cup : Les Barea à la 3e place

 

Électricité : plus de 30% de la production non vendue

Electricite Une baisse de l’ordre de 1,3% du prix de l’électricité a été constatée en janvier et février 2015 par rapport à la même période en 2014. Cette information émane de l’Instat (Institut national de la Statistique). En effet, durant les deux premiers mois de 2015, les prix moyens de l’électricité étaient de 385 Ar/kWh contre 390 Ar/kWh à la même période en 2014, selon les données de l’Instat.

D’après le dernier numéro du tableau de bord de l’économie (avril 2015), l’ensemble du volume de l’électricité produite par la Jirama durant les deux premiers mois de l’année (janvier et février) totalise 242 148 mWh, ce qui représente une hausse de 3,8% par rapport à la même période en 2014 (223 385 mWh).

La majorité de l’électricité fournie par la Jirama a été produite dans les centrales hydrauliques (157 891 mWh) tandis que les centrales thermiques ont produit un volume électrique de 84 257 mWh.

Selon toujours les données de l’Instat, la Consommation d'électricité (cumul janvier-février 2015) totalise 166 592 mWh contre 161 816 mWh en janvier et février 2014. Ce volume de Consommation électrique a été réparti entre les ménages (95 440 mWh), les industries et services (70 217 mWh) et une petite partie pour l’éclairage public (935 m).

Au vu de ces chiffres émanant de l’Instat, un total de 75 556 kWh du volume de l’électricité produite par la Jirama durant ces deux premiers mois de 2015 n’a pas été commercialisé. Ce volume non vendu représente pas moins de 30% du total de la production en électricité. De source auprès de la société nationale d’eau et d’électricité, cette différence s’expliquerait entre autres par la perte durant le transport, une explication qui est loin de convaincre les observateurs.

Le ministère de l’Énergie a récemment apporté des éclaircissements sur les raisons du délestage. D’après les explications émanant des techniciens, l’on doit recourir au délestage quand la puissance appelée par les Abonnés est supérieure à la puissance disponible. Dans le cas précis, le recours au délestage est ainsi non justifié étant donné que la puissance produite par la Jirama est largement supérieure à la consommation.

En tout cas, le rapport de l’audit sur la Jirama, commandé par le Conseil d’administration de la société, est toujours attendu. Cet audit devait concerner de nombreux domaines comme la fourniture de carburant, les dépenses, les recettes, les marchés publics, mais aussi et surtout les contrats avec les fournisseurs privés.

Orange madagascar - 28.04.2015