»  17.06.15| Coopération bilatérale entre Ilampy et l’ONG Namana club JAPON  »  01.06.15| Football – COSAFA Cup : Les Barea à la 3e place

 

Madagascar: la lourde tâche du Conseil de la réconciliation

Palais presidentiel

A Madagascar, la réconciliation nationale était l'un des thèmes majeurs des dernières élections.

Un processus de réconciliation national est d’ailleurs inscrit dans la nouvelle Constitution, une institution spéciale consacrée à la réconciliation a été mise en place, le FFM est en session ordinaire depuis mercredi. Mais pour l’instant, l’heure est encore au débat de fond.

Les membres du Conseil de la réconciliation malgache, le FFM, sont venus des 22 régions de l’île pour une nouvelle session. Durant un mois, ils vont se pencher sur différentes questions. Selon le président du FFM Sylvain Rabotoarison, il s’agit de résoudre un problème encore tabou : les clivages régionaux et ethniques.

« On est en pleine hypocrisie parce que l’unité nationale malgache n’a jamais été faite. Et jusqu’à présent, pour un pays qui se dit uni, il est quand même aberrant que certains nationaux n’arrivent pas à pénétrer dans certaines régions, c’est tabou pour eux. Donc, c’est pour ça qu’on dit qu’il faut d’abord réconcilier les Malgaches entre eux par rapport à leur histoire », estime en effet Sylvain Rabotoarison.

Mais la réconciliation nationale a différentes strates, elle concerne aussi les crises politiques récentes. Le FFM étudie actuellement la création d’un Fonds national de solidarité pour indemniser les victimes des événements de 2002 et 2009. La question du retour d’exil de l’ancien président Marc Ravalomanana, renversé en 2009, reste elle aussi en suspens. Et si ce processus de réconciliation prend du temps, c’est aussi parce que le FFM est controversé. D’autres conseils et comités revendiquent ce rôle de réconciliateur.

Source | Rfi | 05.09.14 |

Rfi