»  17.06.15| Coopération bilatérale entre Ilampy et l’ONG Namana club JAPON  »  01.06.15| Football – COSAFA Cup : Les Barea à la 3e place

 

Diaspora : quelques détails qui pourraient faire la différence avec Hery Rajaonarimampianina

Hery Rajaonarimampianina
Dans son programme politique et économique, Hery Rajaonarimampianina prévoit d’impliquer la diaspora dans le développement du pays et dans la vie politique. Des détails qui pourraient faire la différence sous condition d’une exploitation optimale.

Le projet a également été évoqué par Ny Rado Rafalimanana, candidat recalé de la Présidentielle. Il s’agit d’appeler les Malgaches vivant à l’étranger à contribuer dans les affaires économiques internes du pays.

Selon le programme de Hery Rajaonarimampianina, un fonds sera mis en place, et sera alimenté par la diaspora, en devises. Ce fonds servira par la suite de soutien à des projets de petite ou de moyenne envergure, présentés par les Malgaches dans le pays. Les fonds peuvent être octroyés pour le démarrage ou pour l’extension d’un projet local. Le fonds de la diaspora est prévu être mis en place dès la première année du régime.
Le lobbying commercial

En complément à son programme de promotion de l’Agriculture, le Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ambitionne d’étendre la présence internationale de Madagascar sur les produits agricoles et artisanaux. En partenariat avec les diplomates, la diaspora sera chargée d’explorer de nouveaux marchés et de mettre en place des plateformes internationales de vente.

L’objectif est de permettre aux producteurs et aux artisans de commercialiser leurs produits à l’étranger en passant par un minimum d’intermédiaires. Ces producteurs et artisans seront invités à créer des coopératives pour faciliter davantage leur entrée sur la scène du commerce international.

Le droit de vote

Pendant sa campagne électorale, Hery Rajaonarimampianina jugeait regrettable que la diaspora ne puisse pas jouir du droit de vote. La diaspora est certes une minorité, mais son vote devrait compter dans les affaires de tout pays démocratique, a-t-il expliqué.

Ce droit de vote pour la diaspora n’était pas intéressant, de l’avis du ministère de l’Intérieur. Les Malgaches d’andafy ne représenteraient que 0,005 % des électeurs, et l’organisation d’un scrutin pour cette infime engagerait trop de dépenses pour l’État.

Chaque prétendant à la Magistrature et chaque Président de la République avaient leur touche de personnalisation par-dessus le programme classique de gouvernance et de développement. Comme la politique du ventre pour Didier Ratsiraka, les routes pour Marc Ravalomanana, ça sera l’implication de la diaspora pour Hery Rajaonarimampianina.

Reste désormais à juger l’application et l’efficacité de ce programme dans le contexte du redressement de l’économie et de la revalorisation de la politique malgaches.



Sorce : Tana News 28.01.2014