»  17.06.15| Coopération bilatérale entre Ilampy et l’ONG Namana club JAPON  »  01.06.15| Football – COSAFA Cup : Les Barea à la 3e place

 

Des députés exigent la dissolution du bureau permanent

Assemblee nationale madagascar

Certains députés proches du régime, dirigés par Nicolas Randrianasolo et Cathy respectivement élus de Betroka et de Mananjary, exigent la dissolution du bureau permanent de la chambre basse pour cause de « trahison ». Selon ces députés, bon nombre des membres du bureau permanent seraient en train de concocter un empêchement du président de la République. « Nous n’accepterons jamais l’empêchement du Chef de l’État », affirme la député Kathy. « Il faut respecter la Constitution qui stipule dans son article 50 que « l’empêchement temporaire du Président de la République est déclaré par la Haute Cour Constitutionnelle, saisie par le Parlement, statuant par vote séparé de chacune des Assemblées à la majorité des deux tiers de ses membres, pour cause d’incapacité physique ou mentale d’exercer ses fonctions dûment » » selon la député. La dissolution du bureau permanent doit être réalisée au plus vite selon le député de Betroka.

Au niveau du bureau permanent, on réfute la tentative d’empêchement du chef de l’État. « Nous soutenons le Président de la république » rétorquent les questeurs qui déclarent n’avoir jamais entendu parler « d’empêchement ». Rappelons que Nicolas Randrianasolo de Betroka est un élu de Mapar qui est devenu parmi les grands défenseurs du chef de l’État.

D’ailleurs, le temps que les députés récoltent les signatures, le chef de l’État aurait largement le temps de dissoudre l’Assemblée nationale comme l’ont recommandé les assises nationales de la réconciliation nationale. En principe, fort des résolutions des assises nationales, l’Exécutif dont le chef de l’État devraient être à l’abri des chantages des députés pour un certain temps. Car selon ces résolutions, le chef de l’État a toute latitude pour dissoudre, une ou deux ou toutes les institutions. Il pourrait peut-être ne dissoudre que l’Assemblée nationale. D’ailleurs, les tenants du pouvoir ont toujours agi selon leur bon vouloir, en fonction de ce qui les arrange. Que ce soit légal ou non.

Source : Tribune de Madagascar - 26.05.2015