»  17.06.15| Coopération bilatérale entre Ilampy et l’ONG Namana club JAPON  »  01.06.15| Football – COSAFA Cup : Les Barea à la 3e place

 

Les flamants roses de Toliara en danger

Flamant roseLe 19 avril 2015, les habitants du village de Saint-Augustin à Toliara, le Maire de Saint –Augustin et un expatrié propriétaire d’un hôtel dans les parages, constatent le massacre de 16 têtes de flamants roses. L’auteur présumé de ce crime commis contre une espèce protégée est un magistrat, ancien diplomate et ancien ministre. Il a cherché à fuir ses poursuivants mais en vain car ces derniers, après avoir récupéré les produits de la chasse de ce magistrat et ancien ministre, l’ont attendu près de sa voiture garée au village. Bien évidemment, le braconnier présumé a nié mais s’est tout de même soumis aux pratiques en payant 100 000 ariary dans le cadre des us et coutumes, sans cependant accepter de signer le procès-verbal tenu lors de cette affaire.

Nous lisons dans le document qui nous est parvenu et qui est en fichier attaché, « qu’avant il existait 04 groupes de flamants roses dans le village de Saint-Augustin qui sont composés au total de 166 individus. Après cet incident du dimanche dernier, l’Association des guides touristiques n’en compte plus que 14 individus et se demande où sont passés les 142 moins les 16 individus qui ont été massacrés par l’ancien ministre. Selon toujours les guides, cette situation mènera à la baisse le tourisme à Saint-Augustin qui est la filière la plus prometteuse du village, à part la pêche. L’Association TAMIA qui est la gestionnaire de la NAP Tsinjoriake s’est plein sur le fait que ce n’est pas que les gens ne savent pas les techniques pour chasser les flamants roses qu’ils ne le font pas mais, malgré leur niveau d’éducation, c’est par ce qu’ils savent que c’est protégé mondialement… ».

Les flamants roses sont les oiseaux migrateurs parmi les plus protégés au monde et qui font la renommée écotouristique de Saint-Augustin et du Parc de Tsimanampetsotse géré par le MNP, plus au Sud de Toliara.

Tribune de mada - 28.04.2015